A propos

Je m’appelle Agnès, je suis médium, je canalise de l’énergie de guérison, du concentré de lumière débordant d’amour
Je suis aussi Agnès, âme parmi les âmes, lumière parmi les lumières, et humaine parmi les humains.es ^^
J’aime voir la magie de ce monde, la capter partout et ailleurs,
et aussi la transmettre par mes mains, ma voix et mon cœur.
Être (re)connectée à mon cœur me permet de me sentir reliée à mon centre et au vaste monde qui m’entoure,
de pouvoir ressentir profondément des états de tranquillité intérieure, de paix, de confiance, de joie et d’amour.
J’aime me mettre en lien avec les autres dans la douceur,
et que l’on avance ensemble dans une aventure merveilleuse : aller à la rencontre de son cœur


​Pour les curieux, voici mon chemin

Je ne peux pas dire que je me suis sentie heureuse, libre et légère depuis mon enfance. En fait j’étais surtout la plupart du temps effrayée par le monde, par les autres, avec l’impression de ne pas avoir le mode d’emploi pour juste (sur)vivre parmi eux…
Je me suis construite avec ça. Avec surtout une grande capacité à cacher aux autres mes peurs, et du coup, je me les suis bien cachées à moi-même aussi. J’étais une autruche complexée (« j’ai tout plein de peurs dans la vie, et en plus je suis sûre d’être trop petite pour vivre une belle vie digne de ce nom, alors autant rester cachée à peu près à l’abri dans mon coin »).
Et puis il y a eu une multitudes d’événements et de prises de conscience qui, mis bout à bout, m’ont poussée à opérer des changements radicaux dans ma vie.
Ç’a été ma « phase Une » dans mon chemin de guérison.

J’ai changé de métier, de vie familiale, et j’ai commencé à vouloir aller mieux. J’ai alors expérimenter toutes sortes de méthodes et de thérapies : la psychologie (que j’avais déjà pratiqué enfant, ado, étudiante…!), la sophrologie, l’hypnose, la réflexologie, l’EMDR… Mais aussi autour de l’alimentation, la méditation, le yoga, la biodanza, le reiki…
Toutes m’ont apportée du soutien, du soulagement, des compréhensions, des début d’émerveillement, mais pour autant, je ne me sentais pas profondément guérie, ni libre, ni légère, ni en paix au fond de moi-même…

Alors a commencé ma « phase Deux ».
Frôler le burn-out a été assez convaincant pour que je fasse de nouveau des choix résolument engagés vers mon développement intérieur. J’ai (encore) quitté mon (nouveau) métier et toute la sécurité et stabilité qu’il pouvait apporter à la maman solo que j’étais, pour enfin me dire que je méritais moi aussi une belle vie. Une vie dans laquelle je me sentirais épanouie chaque jour, où je n’aurais plus peur « d’être ». Une vie dans laquelle juste « être » serait agréable, assumé et beau…
Je me suis alors engagée de nouveau vers un cheminement de guérison intérieure, en étant cette fois-ci remplie de tout ce que j’avais déjà découvert de moi et mis en place dans ma vie.

Bien sûr, je me suis encore trompée, en cherchant d’abord quel nouveau métier fabuleux je pourrais faire ! C’est mon corps qui m’a montré que je me trompais de direction, que ce n’était pas la recherche de ce que j’allais faire qui comptait, mais la recherche de qui j’étais.

Mais oui, qui suis-je ? J’avais une petite idée de qui j’étais, mais c’était finalement assez vague… J’ai alors pris la décision d’entièrement consacrer du temps à cette quête de moi-même.
Ça m’a demandé du courage. Beaucoup de courage. Parce que j’avais sacrément peur de tout lâcher pour une quête personnelle… Et encore plus de ce que j’allais trouver…

Un stage d’une semaine mêlant le développement personnel à l’énergétique a été un tournant pour moi. J’ai le sentiment que grâce à tout ce que j’avais vécu et mis en place auparavant, j’ai été prête à recevoir les grands bénéfices de ce stage.
Et j’ai commencé, doucement mais sûrement, à enlever de fines couches de peurs, d’habitudes, de croyances… J’ai senti que les choses commençaient clairement à se mettre en place, à l’intérieur de moi et à l’extérieur de moi. Je discernais mieux les directions à prendre, je m’écoutais et me comprenais de mieux en mieux. Je me sentais un peu plus puissante…

Et c’est à ce moment que j’ai rencontré ma médiumnité. Puisque c’est une part profonde de moi, il était normal qu’elle se dévoile quand j’ai cherché à découvrir qui j’étais. La rencontrer a été volcanique ! Après avoir été enfouie aussi profondément et aussi longtemps, elle a alors pris la place principale dans ma vie. J’ai dévoré des livres et des vidéos sur le sujet, j’ai rencontré plusieurs médiums, participé à des séminaires et des stages… J’ai aussi très rapidement été invitée à donner des soins énergétiques, en laissant ma médiumnité me guider. C’est en pratiquant et en recevant les témoignages que l’énergie de guérison était bien transmise que la confiance s’est définitivement installée. Et plus je pratiquais, plus je découvrais mes capacités, et plus elles se développaient.
Me faire des auto-soins quasi quotidiennement m’a permis aussi d’énormément avancer sur mon chemin de guérison intérieure. J’ai découvert et véritablement appris ce que c’est que de rencontrer ses parts d’ombres, ses parts blessées, de les accueillir avec toute la bienveillance et l’amour possible, et de les voir se dissoudre petit à petit ou se transformer radicalement, pour laisser la place à la confiance et à la paix.
Car oui, enfin, j’ai découvert cette paix et cette confiance en la vie que j’espérais. Et, bonne nouvelle, il n’est pas nécessaire d’avoir tout guéri en nous pour y goûter. Il est juste nécessaire d’avoir cheminer suffisamment pour pouvoir ouvrir nos yeux et avoir le regard assez clair pour ne pas être submergé par ce qui nous fait souffrir.
En prenant conscience de ce qui se joue en nous et autour de nous, en s’entrainant à changer les choses par de nouvelles petites habitudes, ou en faisant des choix radicaux et engagés…
Chaque chemin se dessine au fur et à mesure qu’on le vit, chaque chemin est juste. Et chaque destination est la bonne.
Et nos meilleurs outils sont pour moi la bienveillance, la conscience, et, bien sûr, l’Amour…

Ma vision

J’ai à cœur de vous partager là où j’en suis dans ce vaste monde de la médiumnité et (un peu) ma vision des choses à propos de ceux que l’on nomme les « guides » dans ce milieu. Il s’agit bien sûr de mon point de vue, à un moment donné, depuis ma personne, mes expériences et mon histoire.

Partons du début (je vais encore raconter ma vie !) : je viens d’un milieu cartésien, et mon éducation était même très anti-cléricale. La spiritualité était alors un autre monde pour moi !
Je ne fais pas partie des personnes qui ont été depuis leur enfance en contact joyeux avec les fées par exemple ^^ Je n’avais même pas un questionnement sur la possibilité que quelque chose de plus grand que la réalité concrète puisse exister. Je vivais complètement dans le monde concret, matériel, scientifique. J’expliquais beaucoup de choses par la psychologie (mon père était psychologue), et les personnes reliées au spirituel m’apparaissaient la plupart du temps comme farfelues ou du moins dans un autre monde que le mien.
C’est lorsque j’ai reçu un soin reiki pour la première fois et que j’ai clairement ressenti dans mon corps l’énergie passer, que j’ai dû me rendre à l’évidence : je venais de rentrer en contact avec un nouveau monde, et ce que je pensais ne pas exister avait l’air d’être en fait sacrément réel… Un choc et une belle prise de conscience !

Puis, quelques années plus tard, mon esprit plus ouvert et mes pensées assouplies, ma médiumnité (après m’avoir donnée quelques expériences d’avant-goût) s’est ouverte d’un coup d’un seul. Là, j’ai eu le sentiment d’avoir sauté dans le grand bain ! Je me suis alors mise à la recherche de tous les modes d’emploi possibles pour apprivoiser ces nouvelles capacités, et comprendre quel était ce nouveau monde qui s’était ouvert à moi.
J’ai tout d’abord trouvé Kikou sur ma route, une médium qui a créé une école de médiumnité en Suisse, et auteure du livre « L’au-delà sans peur ». Ses enseignements et sa vision m’ont beaucoup apporté et permis de garder mon axe : avoir les pieds sur terre et me positionner clairement dans la lumière et la confiance du monde spirituel.
Je me suis donc orientée vers une approche que l’on peut qualifier de médiumnité occidentale moderne. J’utilise donc un vocabulaire qui vient de cette manière d’appréhender le monde invisible, que j’appelle du coup facilement le « monde spirituel », et je nomme les énergies avec lesquelles je me relie « les guides ».

J’ai ensuite rencontré beaucoup d’autres médiums qui, par le biais de consultations, d’échanges ou de lectures, m’ont permis de façonner ma propre vision, avant tout basée sur mes propres expériences et ressentis.
Car dans ce domaine, énormément de points de vue existent, se croisent, se contredisent parfois. Pour ma part, j’ai trouvé ce qui me correspond en partant de mon expérience. Il y a de belles théories, mais tant que je n’en fais pas l’expérience, pour moi elles restent de belles théories.

J’ai donc peu de grandes vérités dans ma vision et ma pratique, car l‘expérimentation intime avec les énergies et mes ressentis sont ma base. C’est ma manière d’être canal entre le monde terrestre, concret, et le monde des énergies, du ciel. Je me sens en perpétuel apprentissage et en perpétuelle découverte. Je peux facilement remettre en question les choses car ce qui m’intéresse sont plus les « réflexions » que les « avis ». Plus je découvre ce monde de la médiumnité, plus il m’apparaît d’une vastitude immense, voire infinie. Nos pensées humaines cherchent à comprendre en mettant (plus ou moins inconsciemment) les choses découvertes dans des cases, pour donner du sens en faisant des liens entre elles, pour chercher à avoir une vue d’ensemble cohérente… J’ai observé que c’était de moins en moins mon élan. Plus je découvre, plus j’expérimente, plus je suis persuadée de l’impossibilité d’une réelle compréhension de ce monde si intime et si universel à la fois.
Être en contact avec des énergies de lumière et d’amour qui me semblent infinies, expérimenter chaque jour l’ouverture du cœur, et observer l’énorme impact et quel formidable chemin de progression cela peut être, m’a fait passer d’une recherche de l’esprit à comprendre, à un état de confiance absolue, de « foi ». C’est une foi non religieuse bien sûr, mais une confiance totale en la puissance de l’amour et de la lumière au cœur de chaque être, une absolue certitude du cœur dans laquelle je me love, je me nourris, je m’expanse, j’expérimente, je danse…

A propos des « guides »

Dans ma vision, les guides et moi sommes la même chose, de l’énergie d’amour et lumineuse. Ils ne sont pas « plus », ou « mieux » que nous, les êtres humains. Mais eux, ils sont dans un espace de « pur love », dans l’amour et la lumière, tandis que nous, les êtres humains nous sommes allés nous incarner courageusement sur terre, dans un espace bien plus lourd et remplis de difficultés à traverser.
Alors tandis que moi j’œuvre à la force de mes petits biscotos à rencontrer et traverser mes ombres et blessures en tout genre, eux, ils sont bien au chaud là-haut. Là-haut, dans cet espace dépourvu de nos limitations terrestres (jugements, conditionnements…), ils peuvent avoir une vue vaste et globale de ce qui m’arrive, contrairement à moi qui suis le nez dedans. Alors, tout en étant remplis à ras-bord d’amour inconditionnel, ces chers êtres (que je considère comme une sorte de famille) me « guident », avec tout leur amour et leur sagesse.
C’est pour cette raison que le terme de guide me convient. Je ne l’emploie pas avec une forme de déférence, au contraire, dans mon cœur je les nomme mes « potos du ciel » ! Certains ont beaucoup d’humour d’ailleurs ^^
J’en ai rencontré plusieurs, et j’en rencontre encore. Je m’amuse à leur donner un nom, sans savoir si c’est le « vrai » ou mon imagination, car en fait ce n’est pas important, pour moi la vérité est souple et multiple en fin de compte.

Nous œuvrons ensemble pour apporter tout plein de Lumière et d’Amour aux êtres sur Terre. En leur permettant de recevoir de belles énergies guérissantes, pour contribuer à faire un monde avec plus de douceur, de joie et de paix.